Portfolio & Blog photo

Cimetière habité de Navotas (Philippines)

Reportage photo au cimetière municipal de Navotas situé au nord de Manille. Capitale des Philippines, Manille est une des villes les plus peuplées du monde (43 079 hab./km2). Dans les années 80 le cimetière a vu de nouveaux résidents s’installer en lisière et au milieu des sépultures (exode rural lié à la crise économique, réfugiés climatiques des cyclones, fermeture de bidonvilles en centre-ville), ces milliers de personnes vivent de la récupération, de la pêche, et de petits boulots. Ici, les tombes sont formées de simples boîtes en béton (avec ou sans cercueil) empilées les unes sur les autres et allouées pour 5 ans, passé ce délai les ossements sont mis dans un sac en plastique à destination de la famille, si le sac n’est pas récupéré ils sont alors incinérés. Depuis 2014 les autorités ont annoncé un plan de relocalisation, mais la situation perdure malgré les forts taux de croissance économique du pays (+7, 1 % en 2016).

Voir les photos

Hibiya : parc japonais inspiré de l'occident

Reportage photo dans le parc Hibiya à Tokyo, situé entre le Palais Imperial avec ses nombreux ministères alentours et le quartier Ginza avec ses grands buildings dédiés aux marques de luxe. Hibiya a été créé par Honda Seiroku en 1903 avec la volonté de concevoir une véritable forêt au cœur de la ville ! Honda Seiroku a étudié à Munich et il a visité de nombreux sites forestiers durant son séjour en Europe. Hibiya offre ainsi un véritable havre de paix propice à la contemplation et à la méditation qui s’étend sur seize hectares de la capitale du Japon estimée à 13 491 millions d’habitants. D’inspiration occidentale, le parc Hibiya dégage néanmoins une atmosphère Zen qui attire de nombreux dessinateurs et peintres émerveillés par le spectacle de la nature qui se renouvelle au rythme des saisons…

Voir les photos

Bâtisseurs immigrés de Pattaya

Reportage photo sur les travailleurs immigrés dans le secteur du bâtiment à Pattaya (Thaïlande). Ils viennent du Cambodge et de Birmanie, ils sont embauchés par les compagnies de construction pour répondre à un marché immobilier en forte expansion. Pattaya est l’une des villes les plus visitées au monde, elle arrive devant Barcelone, Prague ou Las Vegas en nombre de touristes par an. Pattaya s’est d’abord développée sur fond de tourisme sexuel, mais cette ville a su profiter de cette « aubaine » économique pour s’imposer progressivement comme l’une des premières stations balnéaires – au sens traditionnel du terme – d’Asie du sud-est. L’expansion de la région a donc engendré une bulle immobilière avec l’exploitation massive de la main d’œuvre étrangère bon marché des pays frontaliers pour bâtir de nombreux immeubles pouvant atteindre 60 étages dont les « condominiums » sont vendus grâce à un marketing offensif.

Voir les photos

Au coeur des favelas d'Arpoador

Reportage photo sur les habitants des favelas de Cantagalo et de Pavão-Pavãozinho au Brésil, situées sur deux collines mitoyennes dans la zone sud de Rio de Janeiro tout près d’Arpoador et des plages de Copacabana et d'Ipanema. Cette communauté de plus de 11 000 habitants (environ 5 000 pour Cantagalo et 6 000 pour Pavão-Pavãozinho) vit au milieu d’une des zones les plus touristiques du monde, mais en marge des riches quartiers résidentiels alentours. Les deux univers ne se côtoient guère, si ce n’est à la plage où se mélangent les classes sociales. La plupart des clichés ont été pris en avril 2014, or le 22 avril toute la communauté s’est révoltée suite à la mort du danseur Douglas Rafael da Silva Pereira abattu par erreur par la police UPP (Unité de Police Pacificatrice) lors d’une fusillade.

Voir les photos

Fabrication artisanale de couenne de porc grillée

Reportage photo sur la fabrication artisanale de couenne de porc grillée dans la ville de Phrae située au nord de la Thaïlande. Les asiatiques sont très gourmands de peau de porc frit, qu’ils consomment volontiers en accompagnement de toutes sortes de soupes de nouilles ou bien en simple grignotage. Vendue en sachet plastique, on peut en acheter un peu partout très facilement. La préparation de la chair du porc se fait en plusieurs étapes méticuleuses : brûler les poils de l’animal au chalumeau, brosser et nettoyer la peau, sécher les peaux quelques heures au soleil, découper la couenne en petites lamelles, frire les morceaux de porc dans l’huile bouillante, égoutter la couenne frite. Le produit final est croustillant, il a une odeur et une saveur de graisse brûlée très prononcée qui peut dérouter le consommateur la première fois.

Voir les photos

Pêcheurs de coquilles Saint-Jacques à Date

Reportage photo sur les pêcheurs de coquilles Saint-Jacques à Date (ou Datemonbetsu) au sud-est d’Hokkaidō (Japon). En hiver, le climat est rude, les températures négatives avec du vent sibérien et des chutes de neige. Les pêcheurs sortent en mer en moyenne une dizaine de fois en janvier malgré les conditions difficiles. Au large, les pêcheurs possèdent des milliers de filets où grandissent les coquilles. Lors d’une sortie en mer ils ramènent généralement jusqu’à trois ou quatre tonnes de mollusques. Mais parfois la mer est particulièrement agitée et capricieuse jouant ainsi avec les nerfs solides des marins. Les pêcheurs attendent le moment propice, ils consultent tous les bulletins météo, ils espèrent en observant les vagues, ils guettent le moindre créneau favorable. Ils profitent des circonstances pour préparer le matériel et s’adonnent à des tâches irrégulières.

Voir les photos

Combats de cerfs-volants à Kemmendine

Reportage photo sur les joueurs de cerfs-volants de Kemmendine, gare située sur le trajet du train circulaire de Yangon (Myanmar). Construite en 1876, « Kyeemyindine » est l’une des plus anciennes gares de Birmanie, elle dessert environ 2 000 personnes par jour. Mais elle est également le terrain de jeu insolite de quelques amateurs de cerfs-volants qui vivent aux alentours. Ils se tiennent n'importe où selon l'orientation du vent, entre les voies du train ou sur les rails... Une tension est perceptible sur leurs visages car il s’agit pour chaque pilote de combattre en cherchant à sectionner en l’air les autres cerfs-volants ! L’un d’entre eux a d’ailleurs déjà remporté le championnat d’Asie du Sud-Est de Kite fighting qui se tient à Yangon chaque année (tournoi qui se déroule pendant trois jours avec un système de pool et 200 dollars pour le lauréat).

Voir les photos

Voyage à bord du Myanmar Express train

Reportage photo à bord du train Yangon – Mandalay en Birmanie (Myanmar) en classe ordinaire. Le trajet avoisine 630 kilomètres pour une durée d’environ 15 heures, soit une vitesse moyenne de 42 km/h. Le départ est à 6h du matin, mais comme il n’y a pas de réservation possible pour l’achat de tickets en classe ordinaire - d’une valeur de 4 650 Kyats, soit trois euros vingt -, il faut donc faire la queue deux bonnes heures avant pour être certain d’avoir une place. Le voyage se déroule dans un bruit assourdissant car toutes les fenêtres sont ouvertes (les courants d’air sont agréables avec la chaleur, mais pénibles à l’aube et durant la nuit). Avec le vif roulis des wagons qui oscillent de gauche à droite avec beaucoup d’amplitude, il est difficile de se maintenir à l’aplomb sur les sièges rigides. Cependant le spectacle est permanent...

Voir les photos