Simbu, terre indomptable

Accueil » Noir et blanc » Simbu, terre indomptable
Jeune papou tenant un bouquet d'une plante herbacée vivace du mont Wilhelm dans les Hautes-Terres, en Papouasie-Nouvelle-Guinée - Christophe MOEC

"Simbu, terre indomptable" en argentique noir et blanc 120

Série issue d’un reportage dans les Hautes-Terres, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. L’image de ce pays d’Océanie est souvent déformée par rapport à la réalité. Les stéréotypes proviennent essentiellement de festivals culturels et ethniques qui ont le vent en poupe, comme le Goroka Show, ou le Mount Hagen Cultural Show, ou bien encore le Enga Cultural Show, tous situés dans cette même région des Highlands.

Ces festivals sont nés après la seconde guerre mondiale à l’initiative des premiers colons européens dans un esprit de créer un espace de dialogue et de réconciliation entre les différents clans ethniques antagonistes. Au fil du temps, ces événements sont devenus de gigantesques attractions touristiques avec la complicité actives des autochtones, non pas seulement pour la manne financière qu’ils représentent, mais en tant que vecteur d’affirmation identitaire en puisant dans leurs traditions anciennes qui disparaissent face à la mondialisation.

Cependant, l’image de la Papouasie-Nouvelle-Guinée du 21e siècle, pays du Commonwealth, ne saurait se résumer à ces exhibitions folkloriques dont nous sommes abreuvés de photos et de vidéos montrant une population à l’allure primitive. Ainsi, l’originalité de ma démarche a consisté à me rendre à mi-chemin entre Mount Hagen (chef-lieu des Hautes-Terres occidentales) et Goroka (chef-lieu des Hautes-Terres orientales), dans la province reculée de Simbu où il n’y a plus d’aéroport faute de maintenance, afin de prendre des portraits de la vie quotidienne avec authenticité et le plus spontanément possible.

La province de Simbu équivaut à la moitié de l’Ile-de-France en surface pour 404.000 habitants (66 habitants/km2). La capitale Kundiawa compte 12.000 habitants. Terre montagneuse, possédant peu de ressources naturelles (mis à part le café) et presque pas de tourisme. Les habitants de Simbu ont un caractère bien trempé, ils sont dynamiques et tournés vers l’extérieur. Simbu représente la première source de main-d’œuvre du pays.

Simbu est pour moi une « terre indomptable » au sens où la nature élève la force d’âme de ses habitants au-dessus de la moyenne. Le mont Whilhem (point culminant du pays avec 4509 mètres d’altitude) est le symbole de cet antagonisme à l’œuvre entre les habitants et leur environnement hostile. Survivre est la norme, il n’y a pas de place pour la mollesse, si bien que cette toute-puissance de la nature a développé chez les autochtones de Simbu une résilience exacerbée et un tempérament hors du commun.

Ce reportage a été réalisé en argentique, principalement en noir et blanc, mais également en couleur. La série présentée ici est en noir et blanc 120 (format carré). Une exposition « Simbu, terre indomptable« , avec 32 photos en noir et blanc et en couleur sur deux salles, a été présentée pour la première fois en région parisienne en 2023.

Découvrez ce photoreportage au format 135 monochrome.