Une vie à Montmartre

Accueil » Couleur » Une vie à Montmartre
Monique rue de l'Abreuvoir à Paris Montmartre entre chien et loup - Christophe MOEC

"Une vie à Montmartre" en argentique couleur

Série issue d’un reportage sur une Montmartroise née à Paris en 1924 et morte en 2018 à l’âge de 94 ans. Monique Mundwiller – qui aurait donc eu 100 ans cette année – a vécu sur la Butte Montmartre toute sa vie, d’abord rue Saint-Vincent jusqu’à son adolescence, puis 6 rue Cortot jusqu’à la fin de ses jours (son immeuble est situé juste en face du Musée de Montmartre où vécut un temps Auguste Renoir). Cette femme a donc connu le Montmartre pittoresque à l’esprit village d’avant la Seconde Guerre mondiale, et elle a assisté à la transformation progressive de son quartier devenu aujourd’hui un haut lieu du tourisme avec plus de douze millions de visiteurs par an.

J’ai rencontré pour la première fois Monique en 2013 en bas de sa rue, c’est elle qui a engagé la conversation avec moi comme elle le fait régulièrement pour partager son amour du quartier avec les passants venus du monde entier. J’ai été très vite sous le charme de cette dame extraordinaire qui paraissait plus jeune que son âge, j’ai donc pris son numéro de téléphone et une relation amicale s’est nouée. Tandis qu’elle partageait son enthousiasme inépuisable pour son quartier historique du 18ᵉ arrondissement, je la photographiais plus ou moins à son insu car Monique ne voulait jamais vraiment être prise pour sujet par pudeur et par modestie.

Monique était une personne très cultivée, amoureuse de l’art en général, elle parlait aussi plusieurs langues en plus du français (anglais, allemand, italien). Elle était très croyante et se rendait deux fois par jour dans l’église Saint-Pierre de Montmartre. Elle marchait beaucoup, d’un pas rapide et assuré malgré son âge. Elle avait une excellente condition physique, même s’il lui est arrivé de trébucher la tête la première à plusieurs reprises à cause d’un souci d’oreille interne.

Ce photoreportage offre une déambulation dans un lieu emblématique de Paris, il permet de découvrir (ou redécouvrir) le plus haut quartier de la capitale de la France à travers les yeux de cette grand-mère dont on partage l’intimité, et il constitue aussi un legs pour la mémoire collective.

Légendes photo

Photo 1 : Détail sur les pavés Montmartrois et les chaussures de Monique. Le secret de sa longévité réside peut-être dans les milliers de kilomètres parcourus dans les rues montueuses de la butte et ses nombreux escaliers.

Photo 2 : Monique depuis le balcon de son appartement situé 6 rue Cortot, juste en face du Musée de Montmartre.

Photo 3 : Monique rue d’Orchampt en train de découvrir de nouveaux collages. Le quartier de Montmartre occupe une place de premier plan pour le street art.

Photo 4 : Monique se rendant comme chaque jour dans l’Église Saint-Pierre de Montmartre (édifice construit au XIIe siècle, plus ancienne église du Paris actuel), elle passe ici par la rue Saint-Rustique.

Photo 5 : L’angle du haut de la rue Cortot où vit Monique, avec le reflet du Château d’Eau de Montmartre et la tour de la Basilique du Sacré-Cœur à droite, rayonnement culturel de la France à l’étranger. Mais Monique s’y rend rarement car elle la juge « surfaite ».

Photo 6 : Monique émerveillée devant les reflets du soleil à travers les vitraux de l’Église Saint-Pierre de Montmartre où elle se rend quotidiennement.

Photo 7 : Monique se tenant dans sa cuisine face à son évier où elle fait couler de l’eau, elle regarde par la fenêtre donnant sur un jardin privé verdoyant et calme. Elle est très sensible aux saisons, à la faune et à la flore dans son quartier. L’horloge de sa cuisine ne fonctionne plus, elle marque toujours la même heure depuis des années.

Photo 8 : Monique dans le fauteuil de son salon consulte une encyclopédie, plus exactement le drapeau « Azerbaïdjan » car elle a rencontré plus tôt dans la journée une femme de Bakou en visite à Montmartre.

Photo 9 : Monique face au moulin de la Galette située à l’angle de la rue Girardon et de la rue Lepic.

Photo 10 : Monique se tient appuyée sur sa table de salle à manger traditionnelle, elle regarde par sa fenêtre donnant sur le Musée d’art et d’histoire de Montmartre. Elle habite au quatrième étage et elle aime la vue donnant sur les toits de Paris.

Photo 11 : Monique face à l’interphone d’un immeuble dans le 18e arrondissement de Paris. Les habitants de ce bâtiment ont tous pris comme pseudonymes des peintres illustres. Le doigt de Monique s’est arrêté sur Rousseau, peintre appelé « Le Douanier Rousseau », représentant de l’art naïf.

Photo 12 : Célibataire sans enfant, Monique admire ici la fougue des jeunes en contrebas du parc de la Turlure (rebaptisé parc Marcel Bleustein-Blanchet en 2004), où se situe une aire de jeux aménagée.

Photo 13 : Monique devant une vitrine souriant à un enfant rue Durantin, l’une des rares rues de la butte Montmartre qui ne monte pas.

Photo 14 : Moulin miniature en fer forgé d’une maison dans le 18e arrondissement de Paris. Il s’agit d’un clin d’œil au véritable moulin de la Galette située à l’angle de la rue Girardon et de la rue Lepic. Monique est attentive aux moindres détails de son quartier et elle apprécie les initiatives qui célèbrent la mémoire du passé et l’attachement à ce qu’on appelle le « village Montmartre ».

Photo 15 : Monique se tenant près du célèbre Rocher de la Sorcière dans le 18e arrondissement de Paris. Ce bloc de pierre abritait autrefois une fontaine. La légende raconte qu’une vieille femme à l’allure de sorcière habitait juste à côté.

Photo 16 : Monique est sensible à toutes les formes d’art, dont l’art urbain omniprésent dans son quartier. Elle se prête ici au jeu de la “corde à cliché”, un collage mural éphémère en trompe-l’œil sur le Château d’Eau de Montmartre tout près de chez elle.

Photo 17 : Monique passant devant un collage mural représentant un chien (un fox-terrier), comme si l’animal la suivait.

Photo 18 : Monique devant la sculpture du Passe-muraille en hommage à l’écrivain Marcel Aymé réalisée par l’acteur Jean Marais. Monique me montre où il faut se positionner pour obtenir le bon angle de vue pour apprécier l’œuvre – ce qu’elle ne manque pas de faire à chaque fois qu’elle passe là.

Photo 19 : Monique dans la rue de l’Abreuvoir entre chien et loup, dans le 18e arrondissement de Paris. Elle regarde en direction de l’Allée des Brouillards. En arrière-plan, on distingue le Sacré-Cœur.

Photo 20 : Monique s’arrête ici devant les dessins d’un jeune artiste sud-américain qui a accroché ses œuvres sur le mur rue des Saules, juste en bas de sa rue. Monique disait souvent qu’elle n’avait pas besoin de voyager car le monde entier venait à elle.