La fronde à hommes

Accueil » Noir et blanc » La fronde à hommes
Cambodgien muni d'un lance-pierre dans un camp de travailleurs immigrés en Thaïlande - Christophe MOEC

Portrait d’un cambodgien tenant un lance-pierre artisanal en bois. La chasse aux petits animaux est un bon moyen de faire des économies sur les dépenses alimentaires, mais l’instrument peut servir également d’arme quand il y a des affrontements avec des gangs issus d’autres camps (bataille de territoires sur fond de drogue et d’argent). Cette photo est issue d’une série sur les bâtisseurs et les bâtisseuses invisibles en provenance de Myanmar et du Cambodge venu.e.s travailler dans le secteur de la construction dans la Province de Chonburi, en Thaïlande. Myanmar et le Cambodge figurent en effet parmi les pays les plus pauvres d’Asie du Sud-Est en termes de PIB par habitant. Située à 150 kilomètres au sud de Bangkok sur la côte Est du golfe de Thaïlande, la ville de Pattaya est l’une des destinations les plus prisées au monde, elle arrive devant Prague, Barcelone, Miami ou bien encore Las Vegas en nombre de touristes par an (juste après Tokyo).

« J’ai aussi ma fronde à hommes. On peut les lancer loin, très loin. Il faut savoir les prendre. Cependant on les lance difficilement assez loin. Pour dire vrai on ne les lance jamais assez loin. Ils vous reviennent des quarante ans après parfois, quand on se croyait enfin tranquille tandis que c’est eux qui le sont, revenant du pas égal de celui qui ne se presse pas, qui se serait trouvé là encore il y a cinq minutes et pour revenir aussitôt après », Henri Michaux, Liberté d’action.